Notions de Base de Thérapie Quantique

 

14 avril 2005 Des chercheurs allemands ont réussi, pour la première fois, à photographier les méridiens d’acupuncture à l’aide d’une caméra thermographique à rayonnement infrarouge.

DECOUVERTE DES MERIDIENS EN IMAGE

MERIDIENS

 

Georges LAKHOVSKY

L’origine de la vie, la radiation et les êtres vivants

• La vie est née de la radiation, Entretenue par la radiation
• Elle est supprimée par tout déséquilibre oscillatoire.

 

Samuel HAHNEMANN

hanneman

« Dans l’état de santé, la force vitale, qui anime dynamiquement la partie matérielle du corps, exerce un pouvoir illimité… L’organisme matériel supposé sans force vitale ne peut ni sentir, ni agir, ni rien faire pour sa propre conservation… »
Il n’y a que la force vitale désaccordée qui produise les maladies

 

 

Antoine Béchamp

antoine bechamp

les microzymas

Il y a dans les êtres organisés quelque chose de plus que la matière, quelque chose de plus même que la forme et la structure…

 

 

Que sont l’énergie quantique et la thérapie quantique ?

 La thérapie quantique s’applique à ramener l’organisme à son point d’équilibre énergétique en lui envoyant un signal électromagnétique infime.
 Elle démontre que chaque cellule porte en elle l’information concernant la totalité de l’organisme et que l’on peut, par simple résonance, réparer les données altérées par la maladie.
 Chaque cellule possède en elle la capacité de régénérer l’information biologique perdue, en se connectant en permanence et en instantané à l’information de toute vibration universelle.

Fritz Albert Popp

• Fritz Albert Popp, du centre de radiologie de Merbourg, mit en évidence que l’énergie était transmise par un rayonnement ultra faible de photons (UV) qu’il appela chimioluminescence sombre, et énonça le principe que l’information reçue par le corps se transmettait à l’intérieur de celui-ci de cellule à cellule, pour atteindre et influencer l’organisme tout entier.

 

Boris Iskakov

Boris Iskakov rapproche les équations de Schrödinger Dirac de la notion de Karma : inévitabilité de la récompense ou du châtiment pour les actions et pensées selon qu’elles sont bonnes ou mauvaises.
Au sens large, le karma désigne le principe de l’unité, de l’intégrité, de l’interdépendance et de la causalité dans l’Univers.
Les équations du karma décrivent non seulement les mouvements de la matière, mais aussi, et surtout, l’évolution de l’ensemble des interdépendances, signaux, événements et processus.
• Les équations du karma permettent d’arriver à des conclusions philosophiques d’importance fondamentale. Il en découle notamment que la diffraction s’opère non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps.
C’est comme si tout événement qui se déroule subissait une sorte de fission au niveau temporel et spatial à la fois. Un signal , tout en se propageant, engendre une série de « pré signaux » qui s’affaiblissent au fur et à mesure qu’ils le devancent, mais il entraîne aussi des « post-signaux » qui le suivent et qui s’atténuent au fur et à mesure de leur éloignement (ce sont ces signaux qui permettent d’obtenir des informations sur les événements passés ou à venir).
• L’étude des phénomènes psi requiert la définition du champ énergétique informationnel. Son vecteur matériel (le gaz leptonique) est composé de particules infinitésimales, les microleptons, dont la masse varie de 10-10 à 10-20 g.
L’idée du « gaz microleptonique » est très complexe sur le plan scientifique. Il ne s’agit pas d’un fluide subtil, impondérable, qui imprègne les corps, mais d’une structure quantique spatio-temporelle remplie de flux tourbillonnaire de microleptons polarisés.

 

 

Anatoli Okhatrine

Les expériences et calculs du chercheur russe Anatoli Okhatrine démontrent que ces particules constituent le support matériel des pensées et des sentiments humains et les transmettent à des vitesse supérieures à celles de la lumière.

 

Boris Iskakov

Boris Iskakov démontre également de manière scientifique ce qui est énoncé depuis la nuit des temps par les textes bouddhiques et la kabbale : Au niveau informationnel, chaque corps est présent dans tout le cosmos, et de même, il y a, dans tout secteur limité de l’espace et du temps, une information extra faible sur l’ensemble de l’Univers.

« Tout est dans tout », donc tout est dans la partie la plus petite qui existe.
Chaque particule est un hologramme du corps tout entier. Chaque point de l’espace et du temps renferme une information exhaustive sur tous les autres points et sur l’Univers tout entier.
Chaque point de l’espace est une encyclopédie totale, une formidable banque de données sur tout l’Univers.
L’ensemble des « enveloppes leptoniques » représente un bio plasma froid qui renferme toute l’information sur le noyau.
Ces flux de leptons constituent les différents corps énergétiques de l’homme, que Boris Iskakov appelle « les hologrammes », et chacun des hologrammes microleptoniques contient toute l’information sur l’individu, y compris sur son histoire, son passé, son état d’esprit, son état de santé, sa conscience, ses pensées et ses sentiments les plus intimes, et cela à travers l’espace et le temps.
Selon la conception leptonique, les pensées et les sentiments sont matériels. Ils sont transmis par des impulsions extra faibles des champs électromagnétiques et microleptoniques.

Il y a 2000 ans, Platon disait que les idées, les pensées et les sentiments – les « eidos » – existent de manière autonome. Ils évoluent dans l’espace, en ignorant les obstacles…
Les études d’Anatoli Okhatrine attestent que ces « eidos » sont capables d’échanger mutuellement les informations qu’ils contiennent. Il en découle que les idées conçues par une personne peuvent venir à l’esprit d’autres gens…

 

Tamia Rechetnikova

Physiologiste, biochimiste des plantes, elle a soutenu en 1977 une thèse de doctorat consacrée à l’échange d’énergie biochimique dans le blé d’hiver.
– Études à la faculté de chimie de l’Institut pédagogique de Volgograd
– faculté de biologie de l’Université de Kiev
– Doctorat en physiologie et biochimie des plantes
– Dirige actuellement le groupe d’études bioénergétiques auprès de l’Association de radio électronique d’Ukraine.
– En menant des recherches sur les semences à l’Institut de physiologie végétale, Tamia Rechetnikova a constaté que chaque fois que ces semences étaient soumises à l’action de psy opérateurs (magnétiseurs) qui agissaient uniquement au moyen de passes magnétiques, par le regard ou la pensée, les indications du résonateur magnétique nucléaire se modifiaient à vue d’oeil.
– Les plantes « traitées » par un magnétiseur compétent « obéissaient » strictement à ses ordres, le développement des plantes s’est opéré sous l’action de la pensée (stimulante ou répressive) qui leur avait été communiquée.
– Les expériences suivantes ont confirmé l’hypothèse selon laquelle la modification des processus se déroulant au niveau de l’atome entraîne nécessairement des modifications au niveau de l’organisme tout entier.
– Il est devenu clair que la pensée recèle de l’énergie.
Elle agit sur les organismes selon le programme qui la commande.
– Puisque les changements qui surviennent au niveau atomique se manifestent par une accélération ou un ralentissement de la croissance des plantes, il y a lieu de croire que la guérison de l’homme commence également au niveau de l’atome.

 

Que se passe t-il dans l’organisme vivant après que ses atomes aient absorbé l’énergie et les informations émises par le psy champ ?

Selon toute apparence, il se produit une TRANSMUTATION de corps chimiques.
La modification de leur balance dans l’organisme influe immédiatement sur les réactions de fermentation, en déclenchant des processus alternatifs dans le métabolisme.
Le français Louis Kervran a effectué de nombreux travaux sur la transmutation spontanée de corps chimiques dans la nature.
Les expériences qu’il a faites au cours de nombreuses années ont démontrées l’aptitude des organismes vivants à réaliser un échange de protons à l’intérieur des noyaux d’atomes différents.
En d’autres termes, ils parviennent à opérer une conversion de corps chimiques, une transmutation.
De nombreux et célèbres chercheurs de divers pays considèrent que les travaux de Louis Kervran constituent une véritable révolution en physique.

 

 

Les ondes scalaires de Nikola Tesla

Cette découverte date des années 1920 et n’est utilisée pour soigner que depuis une vingtaine d’années.

Elle va marquer le début d’une nouvelle ère qui sera certainement de plus en plus utilisée dans les années à venir.

Résultat de recherche d'images pour "IMAGE TESLA ET ONDES SCALAIRES"

C’est à Nikola Tesla que nous devons les plus grandes inventions dans le domaine de la physique, de la radio et de l’électronique. On lui doit plus de 800 brevets déposés et 3 prix Nobel alloués à titre posthume. Par exemple, c’est à lui que nous devons la découverte de la Télévision, issue d’expériences sur la transmission électrique sans fil et à son faisceau d’électrons dirigés.

Résultat de recherche d'images pour "LAKHOVSKY AND TESLA MWO"

En 1884 il travailla avec un autre génie, Thomas Edison qui fut ensuite son principal rival. De cette concurrence naîtront deux grandes compagnies : General Motors et Westinghouse. On leur doit de nombreux dispositifs électriques pour les industries, les premiers robots, la transmission sans fil du courant électrique qui allait révolutionner les communications; le téléphone portable est directement issu de ses travaux…

Tesla expérimenta également un rayon d’énergie électrique qui excitait les atomes dans la substance où pointait le rayon : cette arme qu’on a encore appelée « rayon de la mort » pouvait révolutionner la guerre par dissuasion ! De ces travaux émergera la technologie du laser.

Tesla prouva en 1920 qu’il pouvait transmettre la puissance électrique en utilisant l’atmosphère terrestre plutôt qu’avec un lourd câble. Cette transmission d’énergie sans fil avait tendance à se diffuser sur de grandes distances, sans perte d’énergie lorsqu’elle traversait des obstacles, mais quelque chose était nécessaire pour maintenir son intensité…

Ces ondes traversent la matière plus facilement car leur longueur d’onde est infinie (elles ne vibrent pas), elles ne sont donc pas absorbées par la matière et pénètrent entre les atomes jusqu’à entrer en contact avec le noyau de l’atome et donc interférer à un niveau interne.

 

Des ondes scalaires à la thérapie quantique

Résultat de recherche d'images pour "IMAGE TESLA ET ONDES SCALAIRES"

Ces ondes scalaires ou dites ondes Tesla sont des ondes gravitationnelles, électromagnétiques, électro-gravitationnelles et elles sont, selon Bearden, la réunion de l’électromagnétisme et de la gravité se déplaçant plus rapidement que la vitesse de la lumière, elles sont supraluminales et hyperspatiales.

Peut-être pourrait-on classer la télépathie ou la transmission de pensée dans les ondes scalaires ! Elles sont plus de l’ordre d’un champ électromagnétique que d’une onde à proprement parler.

Et ce qui peut paraître fou, c’est qu’elles agissent sur le temps en modifiant la « vitesse » du 22 temps. Elles changent la densité du temps et les effets peuvent être mesurables avec des générations d’ondes scalaires concentrées en un point de l’espace.

Elles sont capables de courber l’espace-temps ! Ce qui paraît inimaginable quand on s’appuie sur la vitesse incompressible de la lumière ! (300 000 km/seconde) !

Ces ondes se propagent dans l’air et sont donc capables de transmettre l’énergie à distance !

Tesla disait pouvoir alimenter un bateau en mer en électricité à distance sans avoir besoin d’aucune source pour produire de l’énergie, simplement en recevant un faisceau ultra-puissant d’ondes scalaires qu’il convertissait en énergie électrique utilisable !

Ainsi, les ondes scalaires peuvent être utilisées comme transporteur d’énergie pouvant être converties en énergie électrique et ceci d’une façon libre et gratuite, puisque leur producteur est le vide !

 

Des ondes scalaires aux thérapies quantiques

Tout est enregistré dans notre ADN dès notre conception.

L’acquisition des émotions commence dans l’utérus de la génitrice : toute émotion subie par notre mère (peur, colère, rancœur, chagrin, anxiété, tristesse) se transfère à l’enfant en se stockant dans nos gènes ainsi que dans nos tissus (os, chair, etc.).

Les appareils de thérapies quantiques  visent à enrayer les pollutions émotionnelles et physiques des cellules.

image2Cela entraîne parfois des réactions d’élimination qui peuvent être inconfortables, signe que le corps rejette cette charge, mais qui visent toujours à améliorer, à terme, l’état de santé.

Au fur et à mesure que les tensions et les peurs s’éliminent, on retrouve son énergie et son entrain d’antan !

La thérapie quantique reconnaît l’interdépendance fondamentale entre le corps et l’esprit à tous les stades de la vie, tout en considérant sa dimension spirituelle.

Seuls des rayonnements à très faible énergie sont nécessaires et sont imperceptibles par l’utilisateur.

Ce faible signal agit au niveau informationnel des cellules et interagit par phénomène de réaction en chaîne, sur l’ensemble de l’organisme.

On sait aujourd’hui, que toute cellule a la capacité de transmettre, de traiter et de régénérer une information comme le ferait un ordinateur.

Les thérapies quantiques emploient tous les types de radiations biologiquement compatibles pour rétablir la cohérence de l’information altérée par la maladie.

Le champ d’application et d’efficacité des thérapies quantiques ne cesse de s’élargir.

Elle est  utilisée en médecine du sport et en médecine cosmonautique pour préparer les cosmonautes aux vols spatiaux…

 

La thérapie quantique aujourd’hui

La thérapie quantique est une nouvelle approche, basée sur la synthèse de toutes les sciences quantiques.

Elle s’appuie sur l’utilisation des quantas, ces infimes quantités de lumière, d’ondes électromagnétiques qui composent le cœur de toute matière, en vue de la prévention et à la régénération de la santé des individus.

Elle intègre les derniers acquis de la physique quantique et l’expérience millénaire de la médecine orientale, c’est-à-dire la réalité énergétique structurant la nature profonde de tout être vivant.

Image etio

On peut qualifier le quantique d’« invisible qui anime la matière du vivant ».

Il influence toutes les fonctions de l’organisme, que ce soit les cellules, les tissus, les organes, ou les systèmes en général, jusqu’à la dimension spirituelle et les niveaux de conscience de l’individu.

Un dysfonctionnement organique entraîne autour des cellules et des tissus un champ électromagnétique altéré.

La thérapie quantique emploie tous les types de rayonnements biologiques environnementaux et écologiques, afin de réduire les interférences et de rétablir l’harmonie et la stabilité dans le champ électromagnétique à traiter.

Pour ce faire, les émissions électromagnétiques employées doivent être à l’unisson avec les processus biophysiques d’information énergétique de l’organisme vivant.

 

Ce que l’on appelle la biorésonance

AnalyseLa biorésonance représente la capacité des êtres vivants à capter et émettre des rayonnements dans leur environnement, et à se synchroniser avec l’énergie ambiante.

Elle englobe aussi les méthodes de soins et appareils basés sur l’émission de rayonnements électromagnétiques destinés à rééquilibrer l’énergie corporelle.

A l’échelle de l’infiniment petit, il n’est plus possible de décrire la réalité selon les lois de la physique classique, c’est-à-dire de façon déterministe.

On observe des phénomènes insolites faisant intervenir de nouvelles notions telles que la nonlocalité, la superposition d’états ou le principe d’incertitude.

Les particules observées peuvent apparaître à un endroit, puis disparaître et réapparaître ailleurs sans que l’on sache où elles étaient entre-temps ; une même particule peut être à deux endroits en même temps, ou se présenter sous deux formes différentes simultanément; deux particules très éloignées, du moment qu’elles aient été en relation à un moment donné, continuent de communiquer de l’information à distance et instantanément !

Ces observations étonnantes ont été répétées à de nombreuses reprises en laboratoire sans que notre  » logique  » habituelle ne puisse embrasser la réalité observée.

De plus, dès que l’on observe les choses au niveau quantique on les modifie, du simple fait de les observer !

C’est-à- dire que l’observateur, par son intention et sa conscience notamment, va en partie déterminer le résultat de l’observation.

La physique quantique apporte ainsi à l’être humain une nouvelle vision du monde pour préserver sa santé et son bien-être.

Nous sommes à l’aube d’une révolution : celle des thérapies de demain.

Lakhovski un génie de la thérapie énergétique vibratoire

Résultat de recherche d'images pour "LAKHOVSKY"Tesla et Lakhovski se connaissaient bien et certains auteurs pensent que Tesla a aidé Lakhovski dans la conception du MWO.

Lors d’un séjour à Paris en 1931, Tesla a apparemment révisé tous les circuits du MWO. L’ingénieur Lakhovski connaissait donc les travaux de son collègue Tesla.

Rappelons que Tesla a publié en 1898 un article évoquant les possibilités thérapeutiques des courants à hautes fréquences.

En 1925, Lakhovski publie son livre intitulé : « Le Secret de la Vie : ondes cosmiques et radiations vitales3 », dont la préface est signée par le Pr. Jacques Arsène d’Arsonval.

En 1928, le Dr Anastas Kotzareff publie à Paris une thèse sur le «Traitement par les ondes de cancers incurables, inopérables et abandonnés ».

Puis les expériences de Lakhovski sont reprises en Italie : à l’hôpital de Pérouse avec le Dr Vicenzo Riviera, à Bologne, avec les Pr. Mazzadroli et Vareton et l’hôpital San Spirito de Rome avec le Dr Attili.

Ce dernier est directeur d’un service de radiologie et traite 300 malades dont 24 cancéreux avec ce système. Grâce aux traitements utilisant la machine de Lakhovski, il améliore la santé de ses patients et obtient deux rémissions complètes.

D’autres pays sont les hôtes des ces recherches de médecine énergétique d’avantgarde, comme la Suède et la Brésil. 24 En 1925, Lakhovski publie son livre intitulé : « Le Secret de la Vie : ondes cosmiques et radiations vitales3 », dont la préface est signée par le Pr. Jacques Arsène d’Arsonval.

Il émet l’hypothèse que « l’amplitude des oscillations cellulaires doivent atteindre une certaine valeur afin que l’organisme soit assez fort pour repousser les vibrations destructrices de certains microbes. »

Pour lui, le but « n’est pas de tuer les microbes en contact avec la cellule en santé mais de renforcer les oscillations de chaque cellule directement par renforcement de la radioactivité du sang ou en produisant vers les cellules une action directe par renforcement de leur propre rayonnement. »

Son Oscillateur à Ondes Multiples (MWO) est construit autour d’une bobine de Tesla, connectée à deux résonateurs entre lesquels le patient prenait place.

Ces deux antennes spéciales sont composées d’anneaux de cuivre concentriques semi-ouverts, maintenus en place grâce à du fil de soie.

Ces anneaux sont disposés dans le même plan de telle manière que l’ouverture de chaque cercle soit disposée à l’opposé de la suivante selon une rotation de 180 degrés : le design de l’ensemble ressemble à une cible.

L’appareil génère des hautes fréquences (150 MHz) sur un très large spectre qui sont couplées à des charges statiques en provenance des résonateurs.

Ces hautes fréquences produisent des effets de corona, produits par les décharges d’électricité statique à l’intérieur des antennes et autour de leur périmètre extérieur.

Tesla les nommait electric brush et Lakhovski les baptisa effuvia ou effluves. Ce sont les fameux rayons violets (violet ray energy).

Le patient était installé sur un siège en bois entre les deux résonateurs. Il était exposé à leur énergie durant quinze minutes.

Pour Lakhovski, toute cellule vivante quelle qu’elle soit, composant un tissu ou un organe, est un émetteur récepteur miniature, ayant sa propre fréquence :

« Dans la nature, tout est vibration, en particulier la vie cellulaire, menacée en cas de déséquilibre oscillatoire. Chaque cellule  vivante est un minuscule circuit oscillant qui joue le rôle d’un émetteur-récepteur d’ondes.

Les vibrations de tous les circuits oscillants du corps sont dépendantes des ondes électromagnétiques ». Principes de fonctionnement La théorie qu’il élabora est que la maladie n’est pas le résultat d’un désordre chimique qui se rétablirait par une drogue ou un médicament.

Pour lui, la maladie est le résultat d’une faiblesse de rayonnement et d’oscillation cellulaire, une anomalie dans l’amplitude de sa vibration, dues à un facteur externe à la cellule. L’intervention thérapeutique consiste alors, toujours selon Lakhovski, à inverser le processus provoquant la baisse de rayonnement énergétique en amplifiant ou renforçant la vibration fondamentale de la cellule et en lui redonnant toutes ses harmoniques, au moyen de vibrations lui permettant de retrouver l’amplitude de son oscillation naturelle.

Dans cette optique, le MWO permettrait aux cellules affaiblies par la maladie, de vibrer dans son champ énergétique et d’être soumises à un bain de fréquences.

Elles se mettraient à vibrer alors en résonance en captant les vibrations qui leur manquent. Les cellules malades sélectionnant automatiquement, dans un processus de résonance expliqué par la physique (loi de résonance sympathique), leur « bonne » fréquence, celle dont elles ont besoin pour retrouver leur vibration naturelle.

Grâce à cette opération, elle se remettraient à vibrer à leur amplitude optimale.

Ce processus est identique à la résonance provoquée par un diapason en vibration, posé sur la caisse d’une guitare : Il va faire vibrer la corde qui a la même fréquence que lui, en amplifiant sa vibration et en faisant chanter sa note.

Dans l’hypothèse de Lakhovski, on peut donc comparer le processus qui rend un organisme malade, à celui qui rendrait un piano désaccordé.

Les cellules (cordes) qui le composent, ont perdu leur vibration naturelle qui les faisait jouer juste ou en santé.

Le passage du « corps-instrument » du patient traité au sein du bain d’ondes générées par le MWO, jouerait le même rôle que le passage d’un instrument entre les mains d’un accordeur : Les cellules se « réaccorderaient » en « écoutant » les ondes émises par l’appareil, au sein desquelles elle reconnaîtraient leur fréquence naturelle.

Elles se remettraient alors à chanter leur note juste avec la bonne amplitude « santé », alors qu’elles avaient été préalablement faussées ou affaiblies par la maladie.

L’accordeur de piano agit quant à lui sur la tension des cordes en appliquant une clé d’accord sur leur cheville (on parle ici toujours bien d’un piano).

Pour que notre comparaison soit tout à fait correspondante, il faudrait que le tuning du piano se fasse automatiquement, en faisant simplement jouer les notes justes à l’instrument qui se réaccorderait tout seul…

N’oublions pas qu’en mars 2004, le Dr Jim Gimzewski de l’UCLA (University of California, Los Angeles) a démontré que les cellules émettaient des fréquences qui diffèrent selon que la cellule est en santé ou non.

Il a rendu le son de ces cellules audible, grâce à un microscope à effet tunnel et qu’il envisage de pouvoir détecter des cancers, juste en écoutant les son des cellules d’un patient.

En 1942, Georges Lakhovski meurt prématurément dans un accident, alors qu’il est renversé par une voiture.

Encore conscient, il supplie les ambulanciers de le ramener chez lui et non à l’hôpital, où il est néanmoins conduit et où il meurt 24 heures plus tard.

La mort accidentelle du chercheur, alors âgé de 73 ans, mit fin brutalement à la MWO thérapie expérimentée dans les hôpitaux de New York.

Les protocoles de recherche avec cette thérapie prometteuse ont été arrêtés, les oscillateurs ont disparus du service hospitalier qui les expérimentait et les archives furent détruites. Ainsi, les résultats spectaculaires sur nombre de pathologies et les réussites thérapeutiques obtenues en particulier sur les cancers sont tombées dans les oubliettes.

Georges Lakhovski a été l’un des grands pionniers de la médecine énergétique électromagnétique.

Dès les années 1920, il a postulé que la cellule vivante captait et émettait de l’énergie. Il construisit des machines très simples basées 26 sur la génération de courants électriques à haute fréquence, dont Nikola Tesla et Arsène D’Arsonval avaient avant lui soupçonné l’intérêt thérapeutique.

Ainsi naquit le Multi Waves Oscillator.

Les recherches et observations faites par Lakhovski sont à mettre en parallèle avec celles du Dr Royal Rife, qui à la même époque, sur la côte ouest, s’est intéressé à l’usage thérapeutique des fréquences, pour détruire virus et bactéries.

2015 © Copyright - Arselis

Pour me contacter      06 17 66 85 21

Aller à la barre d’outils